EN | FR

LE MONDE

« De l’ivoire sous les doigts de Célimène Daudet ? Non, du marbre, pour certaines touches, de la poudre de mica ou de quartz pour d’autres. En somme, un clavier de pierres précieuses, une ouverture sur le rêve que Célimène Daudet parvient à restituer avec une double qualité d’énergie et d’abandon. »

LE FIGARO MAGAZINE

« Célimène Daudet publie une envoûtante Messe Noire […] Une mystique à rebours, rendue possible par un toucher et une sensibilité de la beauté du diable. »

THE SUNDAY TIMES

« Wonderful playing with an enormous tonal and dynamic range and typical French refinement. There was authority as well as delicacy in the performance. (…) Passionate, free, almost improvisatory virtuosity of the highest order that went beyond the empty display it could have become. »

TELERAMA

« Un jeu débordant de couleurs, parfois très tendre, souvent en apesanteur, ce qui ne l’empêche pas de se montrer aussi, quand il le faut, ferme et décidé. »

DIAPASON

« Cette très belle artiste rejoint le cercle restreint des debussystes authentiques. Au petit jeu des comparaisons, elle terrasse le géant Pollini. »

LIBERATION

Disque favori 2018 de Libération « …parce que cette pianiste a des idées, des convictions et du talent. »

PIANO INTERNATIONAL

« Daudet’s performance was one of those special, one-off musical events that concert goers spend their lives searching for. »

LA CROIX

« Pianiste d’une rare finesse – mais son jeu déborde d’énergie quand le répertoire l’exige. Le jeu de Célimène Daudet d’une grande intégrité et d’une parfaite lisibilité déploie un lyrisme séduisant, délicat ou brûlant. Il s’en dégage une profondeur sans affectation, qui laisse avant tout parler la musique »

LIBERATION

Portrait de Célimène Daudet en dernière page de Libération. Cliquer ici !

DER FALTER

« Purpur, Orange, Grau oder Grün – jedem seiner acht Préludes hatte der damals 20-Jährige eine Farbe zugedacht. Diesesentzückende Kleinod an Klängen und Stimmungen kombiniert die französische Pianistin Célimène Daudet mit Musik von Claude Debussy, der Messiaen als Inspiration diente. »

CONCERTONET NEW YORK

« From the moment she stepped on stage at Weill Recital Hall last night, Célimène Daudet created her own milieu. “This”, Ms. Daudet seemed to say, “happens to be my Debussy. But since you’re here, you may as well enjoy my show.”… »

MUSICOLOGIE.ORG 

« Majesté virtuose, somptueuse, envoûtante, imperturbable dans les mouvements lents. Il y a aussi cette manière de sembler disparaître derrière la musique, tout en s’imposant comme le maître indiscutable. »

GRAMOPHONE

« Célimène Daudet is a sensitive and evocative French pianist (…) Daudet’s performances of Messiaen’s Préludes, from the most extended, the nearly nine-minute ‘Bells of Anguish and Tears of Farewell’, to the fleeting ‘The Light Number’, at barely two minutes, impart the feeling of sensations grasped from the air, sparkling and evanescent, which are tasted and savoured to the fullest, before being released again into the ether. Debussy’s Préludes, which may seem more substantive due to their greater familiarity, are equally flavourful. ‘La puerta del vino’ is given beautiful shape and narrative flow, while ‘La terrasse des audiences du clair de lune’ seems to emanate a silvery glow. Despite the maturity and sophistication of Daudet’s conceptions, it is difficult to escape the sense of still greater things in store. I can’t wait. »

CLASSICAGENDA

« On est séduit par la personnalité de cette pianiste dont le jeu souple, l’épanouissement constant du son, la poétique nous rappellent l’historique interprétation de Walter Gieseking. »